Émotion - ou l’ambularité de l’urbain

Publié le par A_A


Le mot «émotion» connote la dimension temporelle, sensible et esthétique de la mobilité.
Étymologiquement emprunté au latin motio (le mouvement, le trouble, le frisson), l’émotion désigne «l’ensemble des effets sensibles qui engagent notre affection ou notre inconscient » ou qui, pourrait-on dire à l’ancienne, génèrent les « mouvements de l’âme ».

La ville n’existe, disent les phénoménologues, que si elle est rêvée, représentée, imaginée. Ce n’est pas moi qui rêve la ville, c’est la ville qui rêve en moi, disait Pierre Sansot (Sansot, 1971).
La mobilité, après ses significations de motricité et de mouvance, doit être rattachée à cette dimension fondatrice.

Pascal Amphoux, Marcher en ville 

Publié dans mobilités urbaines

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article